TASSIS CHRISTOYANNIS CD Release Hahn’s Complete Mélodies

TASSIS CHRISTOYANNIS • CD Release • Reynaldo Hahn’s Complete Mélodies • by the Palazzetto Bru Zane on Friday 25th October 2019.
With Jeff Cohen, piano

for more information, visit the Palazzetto Bru Zane website
•••
PRESS about the Hahn’s Melodies recital they gave in Venice last September
•••
“… La gourmandise et la couleur du mot, la conduite très souple du phrasé, le geste venant en contrepoint de la note ou de la parole – jeux de mains, œillades – sont irrésistibles. Un trou de mémoire devient même, avec cet incomparable artiste, motif à s’amuser avec le public. Que ce soient les « sanglots longs », tout en volutes, de la Chanson d’automne, l’ironie de Che peca ! (dont l’idiome vénitien était rendu transparent par les physionomies du chanteur), le relief dramatique superbe de Trois jours de vendange, ou la mélancolie de A Chloris, lovée dans un piano idéalement moelleux : c’est peu dire qu’on attend le coffret de 4 CD avec impatience !”
✏️ François Laurent – Diapason
•••
“Christoyannis interpreta con crescente sensibilità e meravigliosa varietà di accenti e colori, attento a non eccedere in sentimentalismi e padroneggiando con gran gusto una linea di canto nitidissima. Il suo Hahn è fatto anche di sguardi, di piccoli gesti che accompagnano il canto senza mai soverchiarlo.”
✏️ Alessandro Cammarano – Le Salon Musical
•••
“Et avec Tassis Christoyannis, il s’agit bien d’incarner, de vivre chaque poème dans son corps. Bien des mélodies de ce récital deviennent de véritables saynètes, jouées autant que chantées, mais sans aucun excès. Même s’il surprend de prime abord, le recours au falsetto est parfaitement maîtrisé et justifié, notamment dans les premières mesures de « Chanson d’automne ».”
✏️ Laurent Bury – Forum Opera
•••
“Tout est pensé dans le chant du baryton : la prononciation sensuelle et gourmande du « m » de « amour » dans Si mes vers avaient des ailes, la puissance progressivement accrue des trois « la vie est belle » qui, tel un refrain, viennent ponctuer les trois strophes du poème homonyme de Guillot de Saix, le contraste entre le fortissimo de « Vers votre foyer qui rit » et le pianissimo de « Ils accourraient nuit et jour » (Si mes vers avaient des ailes), la maîtrise du souffle permettant aux vocalises concluant les strophes de La Barcheta de déployer en toute liberté leurs sensuels mélismes vocaux… Et pourtant, aucun maniérisme, aucune sophistication : tout semble naturel, couler de source. Il en va de même avec la technique, à ce point maîtrisée qu’elle se fait oublier et que, pour un peu, certaines prouesses (l’attaque aiguë et pianissimode la seconde strophe de Néère, par exemple) passeraient pour le B.A. BA du chant !”
✏️ Stéphane Lelièvre – Opera Online

TASSIS CHRISTOYANNIS CD Release Hahn’s Complete Mélodies